Recherche

Pois Chiche family

Mon parcours pour devenir Maman

La vie est une pute

En écrivant cela je ne sais pas pourquoi mais je pense à Lucienne ou à souris qui ont toujours l’art et la manière d’écrire des choses dans lesquelles je me retrouve, notamment ce titre.

En février 2020, nous fêterons nos 14 ans de couple…

Ma meilleure amie a le même âge que moi. Nous aurons 35 ans en 2020. Et nous nous sommes rencontrées et plus quittées depuis la 5ème (1997🙄).

Nous avons tout vécu ensemble. Le collège puis le bac. Les études supérieures même si nous avons suivi des filières différentes. On est restées amies. Fidèles. Soudées.

Je me suis mariée en 2007, et elle en 2008.

En 2010, mon filleul né, en 2011 son petit frère. Son mari pète les plombs. Son petit dernier a 2 mois. Mon filleul 14 mois… elle se retrouve seule sans emploi avec deux enfants rapprochés.

Moi, en 2011 je décroche un concours de la fonction publique et je suis une formation. On est pas prêt à avoir un enfant. Enfin si moi je suis prête mais c’est encore compliqué pour mon chéri…

Elle finit par divorcer. Trouve du boulot évidemment et un amoureux.

Nous, on a un accident en 2013, on l’a échappé belle. Ma vision de la vie change. Mon couple est mis à mal. On signe un compromis de vente. On va rénover pendant 15 mois.

Entre temps, la grand-mère bien-aimée de mon mari nous quitte. On décide 2 semaines après le 21 février 2014 que c’est le moment.

Ma copine se sépare de ce chéri. Il a aussi des enfants plus âgés que les siens, et c’est assez compliqué la vie de famille recomposée. Il cloisonne trop. Elle ne le supporte pas, elle rêve d’une harmonie familiale. Puis elle retrouve un amour de vacances de jeunesse. Nous on l’aime bien. Il a notre âge. Et n’a pas d’enfants. Il adore les siens et eux le lui rendent bien. Il n’est pas délicat. Très brut de décoffrage. Game over.

On est en plein examen PMA. On emménage. Première tentative de FIV, puis FIV 1bis et FIV 2. Échec.

Ils se séparent.

Elle décide de sortir via le site « ce soir on sort ». Elle rencontre quelqu’un lors d’une soirée. C’est un profiteur. Ça capote.

Troisième FIV pour nous. On a même des congelés.

Elle décide de profiter de son célibat. Pas facile. Elle ne supporte pas la solitude.

Nous on patiente. Les FIV/TEC s’espacent. On s’essouffle.

Elle part en vacances, été 2017. Elle rencontre quelqu’un. Un type un peu différent des autres mais moi j’ai un peu de mal. Elle l’aime. Il habite une autre région. Un an. Ils se pacsent. Elle reprend des études et quittent notre région pour le rejoindre à 4h de route.

On lance la procédure d’adoption.

Stop à nos soirées filles un mardi sur deux. A nos barbecues/raclettes improvisés.

Hysteroscopie curetage. RAS.

Ça ne va pas très. Bien. Il a un fils. L’enfant est compliqué.

Pause PMA.

Elle est diplômée. Ça ne va pas du tout. Le gosse est pénible mais il n’est que le reflet du père. Mon filleul et son frère sont des amours. Elle est loin. Isolée.

Je la soutiens. Elle est à bout. Ses relations amoureuses c’est échec sur échec.

Ce soir elle m’écrit « Vous êtes tellement « parfait » a mes yeux et me sens tellement nulle ».

Nous on s’est trouvé.

Elle, elle a les deux merveilleux enfants dont on rêve.

A nous deux on a pas trop mal réussi ma chérie… on a presque la vie parfaite.

Je t’aime…

Article mis en avant

Où je vais?

Je suis à un stade de ma vie où je ne sais plus vraiment où je vais.

Je suis pleine de doutes quant à mon avenir au sens large.

Grosse prise de tête mercredi soir avec mon chéri pour une connerie mais depuis il me fait la gueule et pas qu’un peu. Il me parle pas. Ne mange pas avec moi. Et m’ignore royalement. Il a une tête de déterré (ce qui me rassure ça veut dire qu’il le vit mal aussi). Ou va-t-on ? Est-ce que c’est la fin pour nous? Après plus de 13 ans. Je sais que je suis pas facile, mais lui non plus. L’amour c’est pas plus fort que tout ça ou bien je suis trop insupportable?! Qu’est-ce que je ferai s’il me quittait? Sûrement un bébé toute seule. En Belgique où en Espagne, j’ai 34 ans et je ne suis pas prête à faire une croix sur mon désir de maternité… enfin bref j’extrapole mais ça n’arrive pas qu’aux autres…

La semaine dernière je lui ai dit que je voulais (enfin…) qu’on envoie notre confirmation pour la demande d’agrément, nous avons assisté à la réunion d’information sur l’adoption le 28 octobre 2018, mais il m’a fallu le temps.

Sûrement le temps de digérer ces quasi 5 ans de PMA, ces 3 FIV ratées et tous ces gens autour de nous qui font des gosses comme on fait ses courses au supermarché…

Cette année sabbatique de PMA et autres démarches pour devenir parents aura été plus que bénéfique, salvatrice est le mot. Certaines diront une année de perdue. Moi je pense que c’est une année de gagnée.

Lundi j’ai fait nos demandes de bulletin numéro 3 du casier judiciaire et aussi d’acte de naissance et de mariage. Il faudra qu’on prenne rdv chez notre médecin… avant que la machine soit lancée.

J’ai peur mais il faut bien se lancer. Et puis en 2020 on reprend la route de la PMA.

J’ai entrepris de perdre mes kilos pris et non reperdus durant ces 3 FIV c’est-à-dire 9 au total (3 par protocoles).

Je change de service aussi. Et ça va être beaucoup moins stressant normalement. Ça devrait aussi jouer sur mon état général.

Beaucoup de changement. Qui sait un renouveau salutaire peut-être, espérons le!

Article mis en avant

L’épopée de fin d’année

16.11.2021 : ô joie ô bonheur. Retour dans la cabine de branlette. On arrive à en rire mais franchement c’est pas facile pour nos hommes.

24.11.2021 : je dois faire ma prise de sang de contrôle. Une prise de sang « basique ». Entre J21 et J23 : easy. Une pds c’est fastoche.

2 janvier 2022 : la nature me rappelle à elle : mes règles débarquent! Dès le lendemain j’appelle la PMA pour prendre rdv pour mon écho J2-J5 avec le Dr.P. Ça y est on est dans le game. Motivés comme jamais.

08.12.2021 : échographie endovaginale, on voit pas grand chose à gauche mon ovaire est en arrière, ça a toujours été compliqué. Lors du rendez vous du 4 novembre j’ai évoqué des douleurs de règles ou pendant le SPM que je n’avais jamais eu. Ces douleurs sont apparus depuis l’arrêt de la PMA en 2018. Parfois ça ressemble carrément à une lombalgie! Elle fait pas mal de clichés et me dit qu’elle aimerait bien des images plus claires pour aller au bout des choses. Elle me prescrit une IRM pelvienne, innovation dans mon parcours. Lol. Je fais aussi une prise de sang conséquente. Un prélèvement nécessite du repos avant mais le nom m’échappe. J’en profite pour aller prendre rendez-vous pour mon IRM vu que je suis sur place. Je pense aller bien mais pour l’anecdote en sortant je prends l’autoroute pour rejoindre mon travail, sauf que je loupe la sortir et fait 50 bornes avant de pouvoir trouver une sortie et reprendre le bon chemin ✌🏻je pense que je suis quand même un peu secoué par tout ça.

30.12.2021 : échographie testiculaire. Le Dr.P. a prescrit cet examen pour voir si la varicocele a évolué. Le spermogramme n’est pas top top. Le dernier date de 2017. J’ai regardé on est passé de 6 millions à 1 millions de bestioles. Côté qualité c’est pas la panacée non plus. L’examen s’est bien passé. On a le compte rendu mais franchement on comprend pas trop. Difficile d’interpréter. On a 3 semaines d’attente avant d’être fixés par le rdv chez l’andrologue.

18.01.2022 : le lundi précédent je fais 3/4 d’heure de queue sur le trottoir de ma pharmacie de village pour récupérer mes produits de contraste. Le covid aura notre peau. Je m’embrouille avec une vielle bourgeois qui veut dépasser tout le monde pensant qu’il n’y a qu’elle qui vient pour une prescription médicale et que tout ceux qui font la queue veulent se faire tester, que nenni! Par miracle le pharmacien a tout. Les deux produits de contraste et … le lavement 😑 la veille de l’examen je procède au lavement. Le jour J je m’habille confortablement (jogging et pull doudou). Je m’enregistre. Une infirmière me place en box pour le déshabillage. J’enlève juste le soutien-gorge. Je vais à pied jusqu’à la salle. On m’allonge sur le lit de l’IRM, en culotte. On m’introduit le produit dans le vagin. On me pique à la cuisse et on m’enfile un casque avec de la musique. Je n’ai pas peur mais j’appréhende un peu d’être dans ce tunnel. Je ferme donc les yeux et je me concentre sur la musique. On me ressort l’infirmière m’injecte un produit dans le bras et je retourne quelques minutes dans l’appareil. Voilà c’est fini. On me raccompagne. M’enlève le cathéter et je repars. Les résultats seront envoyés au Dr.P. Et j’aurais une copie par courrier. Ouf c’est fini!

19.01.2022 : le jour du rdv chez l’andrologue a sonné. Monsieur l’a déjà consulté en 2015. Elle est réputée et très pédagogue. A priori il n’a pas fallu longtemps pour qu’elle pose le diagnostic : varicocele de stade 3 qui nécessite une embolisation. Quand le chéri m’appelle je suis presque contente. Je sais c’est étrange mais en fait je le sentais. Je suis contente d’avoir raison et de savoir que je ne me trompais pas. Quelque chose clochait. Mon mari ne fume pas, ne boit pas et notre hygiène de vie est correcte. En 2015, l’andrologue avait même évoqué la possibilité d’une grossesse naturelle sur un malentendu. Nous attendons la convocation pour l’embolisation! L’amélioration de la qualité du sperme est observable entre 3 à 6 mois après l’intervention!

Next step : le 07.02.2022 j’ai rendez-vous pour faire le point sur cette batterie d’examens.

On a avancé c’est indéniable. Lors de mon précédent rdv la gynécologue m’a pesé. Pas de culpabilisation et ça c’est très bien. J’avais décidé de refaire attention à mon alimentation ce qui est le cas depuis 3 semaines. J’ai perdu 3,5kg. Je compte continuer et passer sous la barre fatidique des 3 chiffres pour optimiser nos chances mais aussi pour écarter les risques liées au surpoids en cas de grossesse : à savoir le diabète gestationnel voire la pré-éclampsie ou l’éclampsie! Au vu de délai d’attente inhérent à l’embolisation je suis optimiste. Je l’ai déjà fait et là je suis déterminée. J’ai repris weight watchers pour ne pas le citer. Ça avait très bien fonctionné il y a quelques années. On est plutôt sur un rééquilibrage alimentaire que sur un régime (intenable sur la durée pour moi!) et ça me convient.

22.10.21 : début de notre parcours pour adopter

Le 22 octobre dernier nous assistions pour la seconde fois à la réunion d’information obligatoire avant d’entamer une procédure de demande d’agrément.

Nous y avions déjà assisté en 2018, mais nous n’avions pas donné de suites… nous n’étions pas prêts.

Cette fois c’était en visio, covid oblige… nous n’avons rien appris de plus.

Le lendemain notre courrier recommandé partait avec toutes nos pièces.

Le 25 novembre nous recevions un courrier nous indiquant que Mme M, assistante sociale et Mme L, psychologue étaient les professionnelles désignées pour l’instruction de notre dossier.

Nous avons été contacté par l’AS mi-décembre. Notre premier rendez-vous a été fixé au 20 janvier 2022…

Nous y voilà 😊

4.11.21 PMA nous revoilà

Nous y sommes c’est le grand jour. On prend la route pour l’hôpital. Le ciel est bleu et soleil pointe son nez. C’est le trajet vers notre dernière chance.

C’est la première fois que nous nous entretenons avec la douce Dr.P, mais on l’a « connaît », elle a déjà procédé à une de nos ponction et je garde un bon souvenir d’elle.

L’entretien se passe bien. Elle est très à l’écoute. Elle nous laisse parler. Expliquer. Exposer. Ma chronologie de parcours PMA est appréciée, ça lui explique un peu pourquoi nous en sommes là.

Nous lui faisons part de nos doutes et surtout on évoque la varicocele qu’il n’était pas nécessaire d’opérer en 2015… elle prend ça au sérieux.

On repart avec des choses à creuser des deux côtés mais franchement du mien c’est léger, on a déjà fait énormément d’examens auparavant du coup elle souhaite simplement réactualiser les analyses.

Je dois donc : faire une pds entre J21 et J23, prendre rdv entre J2 et J5 pour échographie et une pds de l’espace pour voir où j’en suis hormonalement parlant.

Chéri doit refaire un spermogramme, faire une échographie testiculaire et revoir l’andrologue pour faire le point.

Elle est optimiste et rassurante. Ça fait du bien et ça nous galvanise! On se sait entre de bonnes mains et mon dieu ça aide déjà beaucoup!

Notre retour en PMA : l’avant rendez-vous du 4 novembre 2021

Notre histoire est mise en pause le 13 novembre 2018. Après une hystéroscopie curetage, je rencontre mon gynécologue PMA, le docteur T. Il est réputé, un peu âgé. Il est en forme. Il me dit qu’il n’y a rien d’anormal, que nos caryotypes ne révèlent rien d’anormal non plus. En gros il n’a pas d’explication à nos échecs. Jamais de début de grossesse, jamais d’accroche… en gros on est dans le cas ou chez les couples normaux tu te rends compte de rien, t’as des rapports il y a fécondation mais pas d’accroche. Il me propose de présenter notre dossier à la prochaine commission, mais je l’arrête de suite. Je fonds en larmes pour la première fois dans son bureau. Je suis au bout du bout moralement. J’en suis incapable. Psychologiquement, je suis au fond du trou. Notre parcours PMA a débuté fin 2014. Je n’ai eu aucun répit et je suis fatiguée. Il comprend il me dit de prendre du temps et me fait même des ordonnances pour notre reprise possible au printemps 2019…

Je me sens libérée d’un poids. Très sincèrement on revit et c’est une des meilleures décisions qu’on ait pris. On voyage: Lisbonne, Malte et la Tunisie. On réinvestit dans un projet immobilier et on profite de cette douceur de vivre sans contrainte. Évidemment tout n’est pas si rose… il y a aussi des moments difficiles, notre douleur est latente. Parfois un rien et c’est une claque en pleine figure. Tout remonte et je craque.

Et puis on se dit qu’on va attendre un peu et qu’on se relancera début 2020. La suite vous la connaissez. Le covid a fait son arrivée et j’ai renoncé à reprendre le chemin de la PMA dans ces conditions.

En fin d’année 2020 j’ai décidé de passer un concours de la fonction publique pour évoluer, après 10 ans à exercer le même métier. Les épreuves ont lieu en décembre. Je trouve l’énergie et l’envie et je révise le soir après le boulot et le week-end. Le 1er mars je suis en vacances avec ma meilleure amie sur les côtes du Nord. Et j’apprends que je suis admissible. Je suis sur le cul, ravie et fière. Fière de réussir à accomplir quelque chose que j’ai décidé (la PMA est toujours en pointillé et le fait de ne pas avoir de prise sur tout ça n’aide pas). Je passe l’oral le 30 mars 2021. Le 15 avril 2021, j’apprends que je suis ADMISE! Et je suis dans les 10 premiers. J’ai réussi. J’y suis arrivée et quelle satisfaction! Je dois refaire des stages et une scolarité que j’ai débuté en septembre et qui est en cours…

En juillet 2021, je reçois un courrier de la CPAM qui me dit que je n’ai pas fait de frottis depuis un moment et qui m’invite à prendre rdv chez un gynécologue. Ma gynécologue de ville je ne l’ai pas vu depuis 2014 et elle est loin de chez moi désormais. Je regarde sur Doctolib et je trouve un rdv à la clinique à 5mn de chez moi. Lors de ce rdv arrive la question fatidique du gynécologue qui s’avère être un ancien de mon centre PMA. Je lui explique notre parcours. Il m’apprend que mon gynécologue a pris sa retraite et que le service PMA n’a pas retrouvé sa superbe car il y a pas mal de jeunes médecins et pas vraiment quelqu’un qui a repris les rênes. Il me conseille, si je veux me relancer, d’aller directement là où nous faisons les ponctions parce que l’hôpital où j’étais suivie était en collaboration avec ce centre pour les ponctions et que les gynécologues sont plus nombreux et l’équipe plus solide. Je prends le temps de digérer.

En septembre je décide qu’il est temps de reprendre rdv. Je zieute le groupe Facebook du centre et je remarque qu’une gynécologue sort du lot par son humanité. Le docteur P. J’ai besoin d’être écoutée mais surtout entendue. Je suis motivée. Et c’est notre dernière chance alors je veux être chouchoutée. J’appelle le cœur battant. Rendez-vous le 4 novembre 2021.

La veille je ressors nos deux reliures avec nos dossiers PMA. Je me replonge dans tout ça. Et je fais le point sur nos 4 FIV. Sur les récoltes d’ovocytes, sur le nombre d’embryons obtenus, les frais, les congelés…

Demain on retourne au combat. Yalla!

Retour dans le game

Nous y voilà. Ça a été dur. Dur parce que tout ça c’est dur, parce qu’on vivait une vie normale, certes loin de notre idéale mais une vie sans écho, branlette, piqure mais pas sans larmes parfois…

Alors il y a eu ce besoin de tout stopper, ce besoin vital on peut le dire…

Puis le covid s’est invité et notre retour en PMA au printemps 2020 a été compromis. Je ne m’en sentais pas la force dans ces conditions… et puis j’ai pris rendez-vous en septembre… et puis on a de nouveau participé à une réunion d’information sur l’adoption…

7 ans 8 mois 3 semaines et 6 jours qu’on veut un bébé et 2022 crois moi tu nous rendras heureux 😊

N’importe quoi

Je vous préviens d’entrée. Cet article va être un grand n’importe quoi… alors c’est parti…

Je suis à J45 de mon cycle, vous me direz que pour une OPK c’est pas si grave mais ça fait un moment que ça n’est pas arrivé…

Hier matin où peut-être avant hier, je me suis levée et préparée direct sans déjeuner avant et j’ai été prise d’une nausée de l’espace. Un truc qui ne m’est jamais arrivé, sauf en cas de gastro…

Je suis hyper distraite en ce moment. La semaine dernière j’ai pris un plat de pâtes blanches au lieu de ma gamelle pour aller au boulot. Lundi j’ai oublié mes tupperware sur le plan de travail de ma cuisine. Mercredi soir j’ai remis mes stan smith pour sortir dîner au resto et j’ai oublié de mettre une de mes semelle dans l’une des deux chaussures…

Et… je suis hyper maladroit et étourdie. Ma collègue qui connaît ma situation m’a dit « tu serais quand même pas enceinte » et j’avoue que je me suis demandé moi-même… ça serait le comble hein après 6 ans d’essais et 5 ans de PMA.

Depuis 2 mois je prends du gattilier et du Myo-inositol pour traiter mon OPK et améliorer ma qualité ovocytaire.

Je n’ai pas fait de test et je n’en ferai pas mais j’avoue que ce doute minime est un peu agréable. Je sais je suis zinzin. Et les chances sont bien minces.

Je suis crevée aussi mais bon après cette période étrange et l’activité au boulot rien d’étonnant non plus.

Bref drôle de retour ici hein! Lol

Je laisse ça comme ça parce qu’ici personne ne jugera et je sais que vous me comprendrez.

Ma copine de PMA, une copine de fac avec qui j’ai renoué il y a 4 ans, est enceinte. Après 2 opérations contre l’endométriose… et c’est dur pour moi même si elle est vraiment adorable et prévenante avec moi parce qu’elle ne sait que trop ce que c’est et qu’elle en a vraiment bavé aussi… mais moi je n’ai pas encore réussi à la revoir depuis le déconfinement… prise entre peur de souffrir encore et culpabilité.

J’ai investi dans des culotte de règles pour essayer…

Maintenant que j’ai écrit tout ça mes règles peuvent débarquer et DNLP bien continuer à m’en faire baver.

J’ai aussi réalisé que les gens m’appelaient souvent à la recousse et après silence radio… j’ai décidé d’attendre qu’on prenne de mes nouvelles… advienne que pourra!

Allez ✌🏻

6 ans…

Le 21 février, ça a fait 6 ans qu’on veut un bébé.

C’est pas très français mais comment le dire autrement.

Ça a fait 6 ans qu’on voulait un bébé n’est pas très approprié, on en veut toujours un mais « lui » ou l’univers ne veut pas…

Je vais fêter mes 35 ans. Ça ne va pas être simple encore cette année parce que je sens pointer les 40 et que ça fait encore plus mal le ventre et les bras vides.

Inactivité et spleen

Je ne sais même plus si je suis venue faire un coucou pour vous souhaiter la dégoulinade des vœux de 2020 🤮

Je n’aime pas les fêtes et elles sont passées heureusement…

J’ai été arrêtée cette semaine pour autre chose que la PMA et ça a été la décadence. A ne rien pouvoir faire on cogite et ce n’est pas bon du tout.

Aujourd’hui rien ne va. Je ne vois pas d’issue. J’envisage tout. Et rien. Je remets ma vie entière en question. Je suis spectatrice du bonheur des autres. Et le mien est relatif mais pas entier … c’est dur. Les 35 ans approchent et j’ai le sentiment d’avoir une vie de merde. Tout mes amis me certifient le contraire et c’est normal les gens qui vous aiment ne vont pas vous dire « jette toi sous un train » … les gens envient ma « liberté » et moi j’envie leurs contraintes. C’est moche.

Je me suis renseignée pour avoir un second avis sur notre cas. Il est possible de prendre rdv. J’ai creusé et je sais pourquoi les taux de réussite sont si bons. Ils ne pratiquent pas de FIV si L’IMC des patientes dépasse les 30… et même si j’ai l’intention de perdre mes kilos repris avec la PMA mon IMC a 33 serait encore trop élevé. En gros j’ai 20kg à perdre pour espérer une FIV la bas. Ce n’est pas insurmontable me direz-vous. Mais ça et tout le reste ça fait beaucoup à supporter pour moi… ça recule encore l’échéance et les mois passent.

J’espère que votre début d’année est plus joyeux que le mien.

Tendres Pensées

Le monde part en couilles!

Je ne sais pas très bien par où commencer.

Peut-être par ce dimanche de fin novembre ou tu te réveilles avec un SMS d’une de tes meilleures copines qui t’annonce qu’elle et son mari, un de tes meilleurs copains, se séparent… Après 17 ans, une gamine de 8 ans, et ça sans crier gare…

Ou bien, par le énième épisode ou ta meilleure amie te raconte sa vie de merde avec ce connard pervers narcissique qui lui sert de mec. Le mec qui fouille dans son sac et se fait des films, et toi tu t’inquiètes tellement que tu es une crise d’eczéma qui n’en finit plus…

Ou alors, aujourd’hui, dimanche quand ta belle-sœur t’appelle pour te dire que ton frère pète les plomb parce qu’il ne supporte pas qu’elle bosse le week-end alors qu’elle est aide a domicile. Et qu’il menace de la quitter également, alors qu’ils ont deux enfants de trois ans et demi et cinq mois…

Ah oui et j’oubliais ta meilleure amie de fac qui vit en région parisienne qui s’est séparé de son mec en septembre et que tu as eu hier 2 heures au téléphone après quelques mois sans nouvelles. Et qui te dit que l’histoire était terminée mais qui heureusement va et le vit plutôt bien…

Voilà le résumé de ma fin d’année… Et nous malgré tous nos problèmes et notre désir d’enfant inassouvi nous restons stoïques et désabusés par tout ça.

J’ai pris rendez-vous dans un autre centre PMA début février pour avoir un autre avis… Il est très réputé dans ma région.

C’est décidé en 2020 on se relance. Peut-être qu’on finira séparés nous aussi… Lol (humour ironique de merde!).

Cette année 2019 aura été salvatrice, la meilleure décision que j’ai prise c’était bien cette année sabbatique de PMA. Ne penser qu’à nous, et avoir d’autres projets…

Et oui j’ai eu mon examen je ne sais plus si je vous en avais parlé?!

Au final je pense qu’il faut arrêter de penser aux autres et un peu plus à moi, à nous, à notre future famille. J’ai beaucoup de mal à prendre de la distance vis-à-vis des problèmes des gens qui me sont proches mais il va le falloir pour me protéger, pour nous protéger.

Cet article sonne comme un bilan, nous sommes en accord avec Lucienne…

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑