Recherche

Pois Chiche family

Mon parcours pour devenir Maman

Mois

août 2016

Pourquoi la PMA dans notre cas? [Épisode 2]

Et voilà, le “verdict” est tombé… C’est bizarre comme on peut savoir avant même de savoir certaines choses… Et puis au bout de 18 mois d’essai bébé, on commence à se poser quelques questions… En janvier 2015 je revoyais ma gynéco pour faire le point après 6 mois sous duphaston, qui a juste eu le mérite de raccourcir les cycles et de réguler le rythmes des règles…

Elle me dit que physiquement tout est en ordre, mais que le mal est peut-être ailleurs. Elle décide de m’adresser à une spécialiste de l’infertilité dans l’hôpital le plus proche de chez moi (en unité de PMA en fait [Procréation Médicalement Assistée]). Je prends donc rendez-vous et m’y rend avec mon mari en février 2015.

Après un grand entretien, elle nous prescrit tout un tas d’examens à chacun (enfin plus d’examens à faire pour moi) et elle me fixe un rendez-vous gynéco pour faire un bilan. je dois faire une journée d’hospitalisation de jour en diabéto car je suis trop grosse et elle suspecte un syndrome des ovaires polykistiques … Je dois également faire une hystérosalpingographie (nom barbare pour un examen pas agréable). Ainsi qu’une écho endovaginale et un bilan complet avec prélèvement de l’endomètre. Mon homme quant à lui a juste un spermogramme et une prise de sang à faire…

Nous nous revoyons donc fin avril 2015 avec tous nos examens, hélas elle nous annonce que si le problèmes ne venait que de mes ovaires polykistiques, nous pourrions concevoir naturellement, mais il y a un problème également du côté de Monsieur.

Au vu de notre âge, et du temps d’essai infructueux nous allons devoir passer par le biais de la FIV ICSI … Elle nous explique donc en quoi cela consiste (introduire un spermatozoïde directement dans l’ovule et attendre que la division cellulaire se fasse et qu’on obtienne un embryon avant de réimplanter).

De mon côté, je m’attendais à tout et à rien. Je n’ai écarté aucune possibilité et aucun verdict plutôt diagnostic…

Pour mon mari c’est différent,ça a été le gros coup de massue, il ne s’attendait pas à ça et a eu du mal à accuser le coup pendant quelques jours… Lui qui est si peu démonstratif de ses sentiments je l’ais senti affecté et on a fini par dédramatiser en disant qu’au final ça serait moi la plus contrainte par cette procédure de FIV et lui en disant qu’il était même plutôt partant pour une grossesse gémellaire.  Dans le sens où ce parcours est tellement difficile qu’on  aura pas besoin de recommencer et que je ne souffrirai plus autant de cette attente…

Et une fois rentrés à la maison, nous avions plein d’interrogations. Nous nous sommes donc renseignés sur les sites officiels et nous avons eu nos réponses. On évite les forums pour ne pas se miner le moral…

Quelles allaient-être les suites/objectifs à atteindre?

Pour moi :

  1. Perdre du poids… Eh oui je suis ronde et bien dans ma peau. Bien consciente qu’une dizaine de kilos en moins me seraient bénéfiques, mais pas plus touchée/affectée que ça par mon poids et pas du tout en souffrance vis à vis de ça. Sauf que dans le cadre d’une FIV ICSI, il y a un prélèvement d’ovocytes et que plus on est en surpoids et plus le prélèvement est difficile. En outre, si la FIV fonctionne, le surpoids favorise le diabète gestationnel et les risques de pré-éclampsie sont augmentés… Enfin, lorsque vous devez passer par le biais de la PMA pour effectuer une FIV, votre dossier passe en commission de médecins et votre IMC doit être inférieur à 35 si je ne m’abuse. Alors oui, tous mes tests biologiques démontrent que je suis en bonne santé : je n’ai ni cholestérol, ni diabète, mais encore et toujours il faut rentrer dans le moule… Et pour cette fois, je suis obligée de m’y informer même si ce n’était pas un de mes but premier. Enfin perdre du poids est très bien pour ma santé mais ce n’est pas vital à ma bonne santé.
  2. Se remettre à l’activité physique… Pas que je n’aime pas ça. J’ai pratiqué le judo pendant 7 ans quand j’étais gamine, et puis 6 ans de danse modern jazz. J’ai également fait de la gym pendant 3 ans. Mais aujourd’hui faute de temps (la bonne excuse), avec un travail pour lequel je faisais beaucoup de voiture, je ne prenais pas le temps. Mais tout a changé en juillet 2015 car j’ai entrepris d’aller à la piscine (je vous raconterai ça plus tard).

Pour mon mari :

  1. Perdre du poids aussi
  2. Activité physique
  3. Rencontrer un andrologue pour un bilan complet

Bref, tous ces examens en cours nous avions rendez-vous le 15 juillet 2015 avec ma gynécologue pour faire le point sur la perte de poids, et pour compléter le dossier pour la PMA, elle nous annonçait un passage en commission en juillet.

Lors du dernier rendez-vous elle nous avait annoncé que si tout se passait bien la première FIV aurait lieu en septembre/octobre 2015…

A suivre….

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publicités

Epilogue FIV 1b


Aujourd’hui, rendez-vous à la PMA, la dernière fois que j’y suis allée c’était le 6 juillet, le gynéco m’annonçait alors que la ponction aurait lieu le 9 juillet et qu’il fallait que je reprenne rendez-vous mi-août pour la première écho et dans le pire des cas pour faire le point…

Comme vous le savez c’est le « pire des cas » qui s’est produit…

J’ai eu à faire à l’interne de PMA car l’année dernière ma gynéco a eu sa mutation dans le sud et n’a pas été remplacée… C’est le chef de service qui a repris mon dossier et je n’ai pas perdu au change car il est vraiment top, moi qui avait une petite appréhension car n’ayant jamais eu à faire à un gynéco homme, je ne suis pas déçue du suivi!

Bref, revenons à notre sujet. J’ai donc rencontré l’interne, que je connaissais déjà car elle était présente à plusieurs de mes rendez-vous lors de ma dernière stimulation, elle m’a demandé ce qu’on faisait, si on partait sur une nouvelle tentative, sous-entendu « êtes-vous prêts? », alors je lui ai répondu par l’affirmative. Puis j’ai posé quelques questions sur la qualité des embryons transférés, elle m’a dit qu’ils n’étaient pas encore en possession du compte rendu détaillé du biologiste (vacances faisant) mais que concernant les embryons transférés ils étaient de type 2 et atypiques, ce qui veut dire moyen (d’ou le fait qu’on m’en transfère deux) et en ce qui concerne les deux embryons poussés jusqu’au 15 juillet et qui n’ont pas pu être congelés, elle n’en savait pas plus…

Pour la prochaine tentative, je vais juste devoir revoir l’anesthésiste, pour le reste tout nos tests sont encore bons, enfin on verra avec le compte rendu du biologiste.

La commission a lieur entre le 6 et le 8 septembre (nous serons en vacances) on reçoit la réponse par courrier (comme d’habitude) mais en gros on sait que ce sera positif et on restera sûrement sur le même traitement (ménopur et décapeptyl), pour une nouvelle tentative sur octobre-novembre… Voilà voilà, elle m’a aussi précisé que la FIV 1 était finie vu qu’il y avait eu transfert et que nous passerons donc à la FIV2…

En gros voilà, je n’étais pas impatiente d’aller à ce rendez-vous, j’avais en tête que si la FIV avait fonctionné ça aurait été la première écho et la première fois que j’aurais entendu battre le cœur de mon (mes) pois chiches… Je serai à 5SG+4…

Lors de la FIV1a j’ai eu moins de mal mais nous n’étions pas allé si loin donc l’espoir n’était pas autant poussé et pourtant quand le biologiste m’a annoncé au téléphone que nous n’avions aucun embryons j’ai couru m’allonger dans mon lit et j’ai pleuré toute la matinée, puis j’ai fini par m’endormir…

Enfin, n’y pensons plus, pour l’instant ce qui m’importe ce sont mes vacances, je suis en congés dans 9 jours (le vendredi 26/8 au soir) et je pars en vacances le 28/8… jusqu’au 23/9… Je pense qu’il n’y aura pas d’article durant cette période sauf si j’en ressens le besoin mais côté PMA il n’y aura rien de neuf!

A suivre…

 

 

 

 

 

Un seul être vous manque…


Mon cher et tendre est parti en voyage… 

10 jours sans lui et même si ça a été très intense côté boulot, même si j’ai été très occupée et si j’en ai profité pour voir mes amies et bien il me manque bien plus que d’ordinaire… 

Notre histoire est particulière, nous  avons vécu une histoire à distance et nous sommes très indépendants bien que nous soyons très proches…

Je me rends compte que notre parcours PMA nous a soudé et ébranlé à la fois…

Ce manque est un manque viscéral de lui, de son regard et de sa douceur…

J’ai pas mal de recul sur moi-même et sur notre relation amoureuse et la vie n’est pas un long fleuve tranquille… 

Mais ces épreuves nous ont fortifiés et ont renforcé notre amour et notre estime de l’autre. 

Toi, ma moitié, celui que la vie a décidé de me donner car il n’y a aucun hasard, je sais que tu ne liras pas ce post mais je suis infiniment reconnaissante de t’avoir auprès de moi. Tu es un Homme extraordinaire et une belle personne. 

Je prie pour qu’un jour tu aies le bonheur d’être simplement un « Papa »et quand je vois le tonton que tu es je n’ose imaginer le père merveilleux que tu seras…

Je t’aime…

Il y a…


Il y a toi… 

Il y a moi… 

Il a ce désir d’enfant…

Il y a cet envie irrépressible d’accueillir un enfant au sein de notre famille, notre enfant..

Il y aurait un peu de toi, un peu de moi et beaucoup de nous, de toutes nos jolies imperfections…

Et puis il y a nous… 

NOUS, envers et contre tout….

Contre cette vie qui ne nous a jamais épargné… 

Contre cette nature si mal faites qui nous met des bâtons dans les roues… 

Contre ce que les autres couples font si facilement…. 

Quoiqu’il arrive et peu importe ou la vie nous mènera il restera NOUS… 

Et comme me le disait souvent une amie au début de notre histoire : « Toi et M. Ce n’est pas pareil… » 

Et aujourd’hui ça prend tout son sens…

Ils ont ce que nous n’avons pas mais rien n’est impossible et eux n’aurons jamais ce que nous avons….

♥️

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑