Parfois on croit que ça va mieux qu’on voit la lumière au bout du tunnel et qu’on est moins mal.

Et puis un acte, une parole, un sous-entendu, une RALC et tout bascule.

Je l’ai senti venir à 10km et pourtant ça n’a pas été plus facile.

Il y a cette amie qui a déjà un enfant qui a des problèmes. Elle te raconte que son couple va mal, qu’elle a tiré la sonnette d’alarme, qu’elle a même donné un ultimatum, qu’ils avaient songé (enfin plus que songé car la pilule était arrêtée depuis l’été dernier) au 2eme mais que vu l’état actuel des choses ce n’était pas une bonne idée. Il y a ce repas début avril où personne ne veut boire d’alcool ni lui, ni elle… Grosse suspicion mais je me mords la langue et passe une soirée bof. Il y a ces posts sur les réseaux sociaux où elle se plaint toujours d’être fatiguée et se couche à 20h… et il y a moi qui met les pieds dans le plat… car les gens n’ont ni couilles ni respect pour nous. Elle finit par m’appeler et me dire qu’elle savait bien que je n’étais pas idiote… et pourtant j’ai l’impression de l’être.

On appelle ça une amie… elle voulait attendre la première écho, me le dire en face… bla-bla-bla… en fait je me sens trahie. Le mieux aurait été de me le dire quand vous êtes venus dîner. J’aurais eu l’impression d’avoir cette exclusivité et d’être importante. Au final j’ai découvert les choses par moi-même et ça me rend malade…

Mon frère m’a dit aujourd’hui que l’amitié était souvent un écran de fumée…

Je ne sais plus quoi penser… ah si les amis s’évanouissent petit à petit…

Je suis dépitée. Aujourd’hui j’ai donc annulé notre resto toutes les deux demain par un sms que j’ai essayé de faire de manière pédagogue, même pas de réponse… les gens nous prennent vraiment pour les dernières des merdes…

[EDIT]

J’ai eu une réponse. Le lendemain soir. Une réponse bien culpabilisante sous un air bienveillant. Certaines diront qu’on interprète tout mal nous les infertiles

Publicités